ACTUALITÉS

Mise en protection d'une carrière souterraine en Bourgogne

20 avril 2018

C’est dans le département de l’Yonne (89), à Merry-Sec, que la CPEPESC Lorraine et la CPEPESC Franche-Comté ont uni leurs forces pour mettre en protection une carrière souterraine. Cette carrière d’exploitation de pierre, inexploitée depuis les années 1970, représente un site majeur d’hibernation pour les chiroptères notamment pour le Grand Murin (Myotis myotis) et le Vespertilion à oreilles échancrées (Myotis emarginatus). L’équipe de la CPEPESC Lorraine s’est chargée de fabriquer une porte pleine qui permettra l’accès au site lors des suivis de populations alors que la CPEPESC Franche-Comté s’est attelée au montage d’une grille à barreaux verticaux, bloquant l’accès à d’éventuels visiteurs mais permettant aux chauves-souris d’aller et venir à leur gré. Ce chantier, commandité par le Conservatoire d’Espaces Naturels (CEN) de Bourgogne, fut l’occasion de travailler avec nos collègues francs-comtois et d’échanger avec eux sur les différentes techniques de mise en protection de sites.
Léopold MARTIN, technicien.

bouton partage twitter
Partager : Bloqueur de pub détecté !

Mise en protection d'un blockhaus dans le nord de la Meuse

03 avril 2018

Une étude préliminaire à la mise en protection d’un blockhaus de la 1ère Guerre Mondiale avait été réalisée par la CPEPESC Lorraine en 2016. Après avoir étudié le comportement des chauves-souris sur le site, des préconisations de mise en protection adaptées ont été proposées. A la fin du mois de mars 2018, c’est la phase de travaux qui a été réalisée par l’équipe de la CPEPESC Lorraine. Une fois les anciennes grilles démontées et les pièces métalliques nécessaires à la réalisation d’une fermeture sur mesure découpées, les nouvelles grilles ont été assemblées. Ces grilles, très robustes et constituées de barreaux horizontaux, sont perméables aux chauves-souris mais empêchent toute intrusion humaine à l’intérieur du blockhaus. Une porte a également été intégrée à l’une des deux grilles afin de pouvoir accéder à l’intérieur de l’ouvrage et réaliser les suivis de populations. Cette mise en protection a été commanditée par le Département de Meuse ainsi que par l’ONF.
Léopold MARTIN, technicien.
 

bouton partage twitter
Partager : Bloqueur de pub détecté !

< Actualités plus anciennes   |   Actualités plus récentes >

Retour haut